Press Release
HRC39: Call to renew the mandate of the Commission of Inquiry on Burundi

Version française ci-dessous

To Permanent Representatives of Member and Observer States of the United Nations Human Rights Council, Geneva, Switzerland

Burundi: Call to renew the mandate of the Commission of Inquiry  

Excellencies,

Ahead of the 39th session of the UN Human Rights Council (“HRC” or “the Coun­cil”), we, the undersigned national, regional and international civil society organisations, write to urge your delegation to support a resolution renewing the mandate of the UN Commission of Inquiry (CoI) on Burundi.[1] Such a resolution should also ensure continuity for the work of the CoI through continued adequate resourcing of its secretariat, including its crucial investigative and evidence-gathering work.

The renewal of the CoI’s mandate is critically important to improve the human rights situation in Bu­rundi, and it offers the Council a number of practical and effective advantages. Among other things, it would allow the Council to:

  • Avoid a monitoring gap, which is all the more important given the Burundian Government’s ongoing refusal to cooperate with the Office of the UN High Com­missioner for Human Rights (OHCHR) and to sign a new Memo­randum of Under­standing regarding its presence in the coun­try;[2]
  • Ensure the continued documentation of human rights violations and abuses ahead of the upco­ming elections of 2020, through testimonies of victims, wit­nesses, human rights defenders, and other actors ope­ra­ting in and outside of the country;
  • Ensure ongoing public reporting and debates — while the African Union’s observers continue to monitor the human rights situation in Burundi despite a number of limitations imposed by the authorities, their findings are not publicly reported. Interactive dialogues at the Coun­cil provide the only regular space for public reporting and debates on human rights developments in the country; and
  • Enable the CoI to continue to highlight under-addressed aspects of the crisis — for instance, the Com­mis­sion has stressed the importance of dedicating more attention to violations of economic, social and cul­tural rights.

At the Council’s 36th session (September 2017), the CoI informed the HRC that there were “reasonable grounds to believe that serious human rights violations and abuses have been committed in Burundi since 2015,” and that some of the violations may constitute “crimes against humanity.” At the 37th and 38th sessions of the Council (March and June-July 2018), the CoI described a political, security, econ­omic, social and human rights situation that has not improved since September 2016. In March 2018, the Com­mission’s Chairperson, Mr. Doudou Diène, stressed that the situation in the country con­tinued to deserve the Council’s “utmost attention.” In October 2017, the International Criminal Court (ICC) autho­rised an investigation into crimes committed in Burundi since April 2015. A pre­liminary exam­ination of the situation had been opened in April 2016.

The constitutional referendum that was held on 17 May 2018 was marred with violence and repression, with arbitrary arrests, beatings and intimidation of citizens cam­paigning for a “no” vote.[3] The BBC and VOA, two of the country’s main international radio stations, have been suspended for 6 months at the start of the official campaign, illustrating the climate of fear in which journalists and medias were pre­vented from a proper coverage of the event.[4] In the Com­mission’s words, as of June 2018 “human rights violations, among which extrajudicial executions, enforced disap­pear­ances, acts of torture and other cruel, inhuman or degrading treatment […], facilitated by a conti­nuing environment of threats and intimidation,” continue unabated. The CoI added: “The fact that several missing peo­ple have not been found and that unidentified bodies continue to be discovered in various parts of the country gives reason to fear the continuation of practices consisting of getting rid of the bodies of people arrested sometimes by individuals in police uniform or identified as agents of the National Intelligence Service (SNR) or the Imbonerakure.”[5]

Since it became a member of the Council, on 1 January 2016, Burundi has delivered multiple state­ments that have made clear its refusal to cooperate with human rights monitoring and investigation bodies and mechanisms. The Government has repeatedly launched attacks, which have sometimes des­cen­ded to a personal level, against the High Commissioner, UN officials, and inde­pendent experts. With no basis or evidence, it has publicly questioned the independence, competence, professionalism, inte­grity and legitimacy of High Commissioner Zeid and his Office, and has threatened, stigmatised, and exer­cised reprisals against human rights defenders and civil society organisations.[6] Burundians who have sought protection outside of Burundi have been subjected to harassment and persecution, including by members of the National Intelligence Service (SNR) and Imbonerakure.

Members of the CoI continue to be denied access to Burundi. Furthermore, at the time of wri­ting, the Burundian authorities have withdrawn visas from the team of experts mandated by HRC resolution 36/2, despite the fact that the latter was adopted at Burundi’s own initiative, with its sup­port and the support of members of Burundi’s own regional group. Burundi’s action in this regard clearly violates its Council membership obligations.

Recalling the letter a group of civil society organisations wrote in Sep­tember 2017,[7] we urge the Council, consistent with its mandate to address situations of violations of human rights, in­cluding gross and systematic violations, to pave the way for accountability by renew­ing the mandate of the CoI to enable it to continue monitoring human rights deve­lopments in the country, docu­men­ting viola­tions and abuses, and publicly reporting on the situation.

We thank you for your attention to these pressing issues and stand ready to provide your delegation with further information as required.

Sincerely,

  • Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture – Burundi (ACAT-Burundi)
  • African Centre for Justice and Peace Studies (ACJPS)
  • Amnesty International
  • Association Burundaise pour la Protection des Droits Humains et des Personnes Détenues (APRODH)
  • Association for Human Rights in Ethiopia (AHRE)
  • Centre for Civil and Political Rights (CCPR)
  • CIVICUS: World Alliance for Citizen Participation
  • Coalition Burundaise pour la Cour Pénale Internationale (CB-CPI)
  • Collectif des Avocats pour la Défense des Victimes de Crimes de Droit International Commis au Burundi (CAVIB)
  • Community Empowerment for Progress Organisation South Sudan (CEPO)
  • DefendDefenders (the East and Horn of Africa Human Rights Defenders Project)
  • East and Horn of Africa Human Rights Defenders Network (EHAHRD-N)
  • Eritrean Law Society (ELS)
  • Eritrean Movement for Democracy and Human Rights (EMDHR)
  • Forum pour la Conscience et le Développement (FOCODE)
  • Forum pour le Renforcement de la Société Civile au Burundi (FORSC)
  • Global Centre for the Responsibility to Protect (GCR2P)
  • Human Rights Concern – Eritrea
  • Human Rights Watch
  • International Federation for Human Rights (FIDH)
  • International Federation of Action by Christians for the Abolition of Torture (FIACAT)
  • International Movement Against All Forms of Discrimination and Racism (IMADR)
  • International Service for Human Rights (ISHR)
  • Ligue Iteka
  • Mouvement Citoyen pour l’Avenir du Burundi (MCA)
  • Mouvement des Femmes et des Filles pour la Paix et la Sécurité (MFFPS)
  • National Coalition of Human Rights Defenders – Burundi (CBDDH)
  • Observatoire de la Lutte contre la Corruption et les Malversations Économiques (OLUCOME)
  • Organisation pour la Transparence et la Gouvernance (OTRAG)
  • Pan-African Human Rights Defenders Network
  • Reporters Without Borders (RSF)
  • Réseau des Citoyens Probes (RCP)
  • SOS-Torture/Burundi
  • TRIAL International
  • Union Burundaise des Journalistes (UBJ)
  • World Organisation Against Torture (OMCT)

[1] See its webpage: www.ohchr.org/EN/HRBodies/HRC/CoIBurundi/Pages/CoIBurundi.aspx

[2] See the UN Deputy High Commissioner for Human Rights’ statement at the Council’s 37th session (OHCHR, “Introduction to country reports/briefings/updates of the Secretary-General and the High Commissioner under item 2,” 21-22 March 2018, www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=22875&LangID=E, accessed 20 July 2018).

[3] FIDH and Ligue Iteka, “A forced march to a Constitutional Referendum,” May 2018, www.fidh.org/IMG/pdf/report_burundi_may2018_referendum_on_constitution.pdf (accessed 27 July 2018).

[4] Reporters Without Borders, “Harassment of Burundi’s media intensifies for referendum,” 16 May 2018, www.rsf.org/en/news/harassment-burundis-media-intensifies-referendum# (accessed 7 August 2018).

[5] OHCHR, “Oral briefing by the members of the Commission of Inquiry on Burundi to the Human Rights Council,” 27 June 2018, www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=23274&LangID=E (accessed 20 July 2018).

[6] See DefendDefenders, “Headlong Rush: Burundi’s behaviour as a member of the UN Human Rights Council,” 25 July 2018, www.defenddefenders.org/publication/headlong-rush-burundis-behaviour-as-a-member-of-the-un-human-rights-council/ (accessed 25 July 2018).

[7] “Renewing the Mandate of the Commission of Inquiry on Burundi and Ensuring Accountability for Serious Crimes,” 19 September 2017, www.defenddefenders.org/press_release/hrc36-renewing-the-mandate-of-the-commission-of-inquiry-on-burundi-and-ensuring-accountability-for-serious-crimes/ (accessed 30 July 2018).


À l’attention des Représentants permanents des États Membres et Observateurs du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, Genève (Suisse) 

Burundi : Appel au renouvellement du mandat de la Commission d’enquête

Madame, Monsieur la(le) Représentant(e) permanent(e),

En amont de la 39ème session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU (« CDH » ou « Conseil »), nous soussignées, des organisations nationales, régionales et internationales de la société civile, vous écrivons afin d’exhorter votre délégation à soutenir une résolution renouvelant le mandat de la Commission d’enquête (CoI) des Nations Unies sur le Burundi[1]. Une telle résolution devrait également assurer une continuité au travail de la CoI par le biais d’un financement adéquat conti­nu de son secrétariat, y compris son travail crucial d’enquête et de rassemblement de preuves.

Le renouvellement du mandat de la CoI est d’une importance capitale pour améliorer la situation des droits humains au Burundi. Il offrirait un certain nombre d’avantages pratiques et concrets. Entre autres, il permettrait au Conseil :

  • D’éviter un vide en termes de surveillance de la situation (« monitoring»), ce qui est d’autant plus important que le Gouvernement burundais continue de refuser de coopérer avec le Bureau du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) et de signer un nouveau Mémorandum d’ac­cord concernant la présence de ce dernier dans le pays[2] ;
  • De rendre possible une documentation continue des violations et des atteintes aux droits humains en amont des élections de 2020, via des témoignages de victimes, de témoins, de défenseurs des droits humains et d’autres acteurs opérant dans le pays et à l’extérieur ;
  • De s’assurer que des rapports continuent à être présentés publiquement et que des débats ont lieu — alors que les observateurs de l’Union africaine poursuivent leur travail de surveillance de la situation au Burundi en dépit d’un certain nombre de restrictions imposées par les autorités, leurs conclusions ne sont pas rendues publiques. Les dialo­gues inter­actifs se tenant pendant les ses­sions du Conseil fournissent le seul espace régulier de discussion publique des dévelop­pe­ments en matière de droits humains dans le pays ; et
  • De permettre à la CoI de continuer à faire la lumière sur certains aspects sous-documentés de la crise — par exemple, la Commission a signalé l’importance de dédier une attention plus impor­tante aux violations des droits économiques, sociaux et culturels.

Pendant la 36ème session du Conseil (septembre 2017), la CoI a informé le CDH qu’elle avait des « mo­tifs raisonnables de croire que de graves violations et atteintes aux droits de l’homme avaient été com­mises au Burundi depuis 2015 » et que certaines de ces violations pourraient être constitutives de « crimes contre l’humanité́ ». Lors des 37ème et 38ème sessions du Conseil (mars et juin-juillet 2018), la CoI a décrit une situation politique, sécuritaire, économique, sociale et en termes de droits humains qui ne s’est pas améliorée depuis septembre 2016. En mars 2018, le président de la Commission, M. Dou­dou Diène, a souligné que la situation du pays continuait de requérir l’attention « urgente » du Conseil. En octobre 2017, la Cour pénale internationale (CPI) autorisait l’ouverture d’une enquête sur les crimes commis au Burundi depuis avril 2015. Un examen préliminaire de la situation avait été́ ouvert en avril 2016.

Le référendum constitutionnel qui s’est tenu le 17 mai 2018 a été marqué par les violences et la répres­sion, avec notamment des arrestations arbitraires, des tabassages et des actes d’intimidation des citoyens faisant campagne pour le « non »[3]. La BBC et VOA, deux des principales radios internationales, ont été suspendues pour six moins dès le début de la campagne référendaire qui s’est déroulée dans un climat de peur généralisée, empêchant les journalistes d’exercer librement leur mission d’information.[4] Selon la Commission, en juin 2018, des « violations des droits de l’homme, parmi lesquelles des exécutions extrajudiciaires, des disparitions forcées, des actes de torture et autres mauvais traitements cruels, inhumains ou dégradants […], favorisées par un climat continu de menaces et d’intimidations », continuent à être commises sans relâche. La CoI a ajouté : « Le fait que plusieurs personnes disparues n’aient pas été retrouvées et que des corps non identifiés continuent d’être décou­verts dans divers endroits du pays font craindre la persistance de pratiques consistant à se débarrasser des corps des personnes parfois arrêtées par des individus en uniforme de la police ou identifiés comme étant des agents du Service national de renseignement (SNR) ou des Imbonerakure »[5].

Depuis qu’il est devenu membre du Conseil, le 1er janvier 2016, le Burundi a à de multiples reprises lu des déclarations indiquant clairement son refus de coopérer. Le Gouvernement a régulièrement lancé des attaques, descendant parfois à un niveau personnel, contre le Haut-Commissaire, des représentants de l’ONU et des experts indépendants. Il a publiquement et sans aucune base mis en cause l’indé­pen­dance, la compétence, le professionnalisme, l’intégrité et la légitimité du Haut-Commissaire Zeid et de son Bureau, et il a menacé et stigmatisé des défenseurs des droits humains et des organisations de la société civile, et s’est livré à des représailles à leur encontre[6]. Un certain nombre de Burundais ayant cherché protection et refuge à l’étranger ont été soumis à des actes de harcèlement et de persécution, notamment par des membres du Service national de renseignement (SNR) et des Imbonerakure.

Les membres de la CoI continuent de se voir refuser l’accès au Burundi. En outre, au moment où cette lettre est écrite, les autorités burundaises ont retiré leurs visas à l’équipe d’experts mandatée par la résolution 36/2 du CDH, en dépit du fait que celle-ci a été adoptée à l’initiative du Burundi et avec son soutien et celui de membres de son groupe régional. Le comportement du Burundi à cet égard est clairement en violation de ses obligations de membre du Conseil.

Tout en rappelant la lettre qu’un groupe d’organisations de la société civile a écrite en septembre 2017[7], nous exhortons le Conseil, conformément au mandat qui lui a été conféré de répondre aux violations des droits de l’homme, notamment lorsque celles-ci sont flagrantes et systématiques, à préparer le terrain à la reddition de comptes en renouvelant le mandat de la CoI afin de lui permettre de continuer à suivre les développements dans le pays, à rassembler des informations sur les violations et atteintes commises et à faire rapport de façon publique sur la situation.

Nous vous remercions de l’attention que vous porterez à ces préoccupations et nous tenons prêts à fournir à votre délégation toute information supplémentaire dont vous auriez besoin. Nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, en l’assurance de notre respectueuse considération.

  • Action des chrétiens pour l’abolition de la torture – Burundi (ACAT-Burundi)
  • African Centre for Justice and Peace Studies (ACJPS)
  • Amnesty International
  • Association burundaise pour la protection des droits humains et des personnes détenues (APRODH)
  • Association pour les droits humains en Éthiopie (AHRE)
  • Centre pour les droits civils et politiques (CCPR)
  • CIVICUS : World Alliance for Citizen Participation
  • Coalition burundaise pour la Cour pénale internationale (CB-CPI)
  • Coalition burundaise des défenseurs des droits de l’homme (CBDDH)
  • Collectif des avocats pour la défense des victimes de crimes de droit international commis au Burundi (CAVIB)
  • Community Empowerment for Progress Organisation (Soudan du Sud) (CEPO)
  • DefendDefenders (le Projet des défenseurs des droits humains de l’Est et de la Corne de l’Afrique)
  • Eritrean Law Society (ELS)
  • Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH)
  • Fédération internationale de l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (FIACAT)
  • Forum pour la conscience et le développement (FOCODE)
  • Forum pour le renforcement de la société civile au Burundi (FORSC)
  • Global Centre for the Responsibility to Protect (GCR2P)
  • Human Rights Concern – Eritrea
  • Human Rights Watch
  • Ligue Iteka
  • Mouvement citoyen pour l’avenir du Burundi (MCA)
  • Mouvement érythréen pour la démocratie et les droits humains (EMDHR)
  • Mouvement des femmes et des filles pour la paix et la sécurité (MFFPS)
  • Mouvement international contre toutes les formes de discrimination et de racisme (IMADR)
  • Observatoire de la lutte contre la corruption et les malversations économiques (OLUCOME)
  • Organisation mondiale contre la torture (OMCT)
  • Organisation pour la transparence et la gouvernance (OTRAG)
  • Reporters Sans Frontières (RSF)
  • Réseau des citoyens probes (RCP)
  • Réseau des défenseurs des droits humains de l’Est et de la Corne de l’Afrique (EHAHRD-N)
  • Réseau panafricain des défenseurs des droits de l’homme
  • Service international pour les droits de l’Homme (SIDH)
  • SOS-Torture/Burundi
  • TRIAL International
  • Union burundaise des journalistes (UBJ)

[1] Voir le site Internet de la CoI : www.ohchr.org/EN/HRBodies/HRC/CoIBurundi/Pages/CoIBurundi.aspx

[2] Voir le discours de la Haute-Commissaire adjointe des Nations Unies aux droits de l’homme lors de la 37ème session du Conseil (HCDH, « Introduction to country reports/briefings/updates of the Secretary-General and the High Commissioner under item 2 », 21-22 mars 2018, www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=22875&LangID=E (consulté le 20 juillet 2018).

[3] FIDH et Ligue Iteka, « Référendum constitutionnel à marche forcée au Burundi », mai 2018, www.fidh.org/fr/regions/afrique/burundi/burundi-une-reforme-constitutionnelle-repressive-pour-concentrer-les (consulté le 27 juillet 2018).

[4] Reporters Sans Frontières, « Burundi : les journalistes sous haute pression pour le référendum constitutionnel », rsf.org/fr/actualites/burundi-les-journalistes-sous-haute-pression-pour-le-referendum-constitutionnel, 16 mai 2018 (consulté le 7 août 2018).

[5] HCDH, « Présentation orale de la Commission d’enquête sur le Burundi au Conseil des droits de l’homme », 27 juin 2018, www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=23274&LangID=F (consulté le 20 juillet 2018).

[6] Voir DefendDefenders, « Fuite en avant : Le comportement du Burundi en tant que membre du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU », 25 juillet 2018, www.defenddefenders.org/publication/headlong-rush-burundis-behaviour-as-a-member-of-the-un-human-rights-council/#French (consulté le 25 juillet 2018).

[7] “Renewing the Mandate of the Commission of Inquiry on Burundi and Ensuring Accountability for Serious Crimes,” 19 septembre 2017, www.defenddefenders.org/press_release/hrc36-renewing-the-mandate-of-the-commission-of-inquiry-on-burundi-and-ensuring-accountability-for-serious-crimes/ (consulté le 20 juillet 2018).